Comment réduire la pollution engendrée par une maison ?

Construire une maison écologique ? Oui, c’est désormais possible avec une isolation adéquate, le ciment bas carbone, l’usage d’un poêle et l’installation de domotique. Le point dans cet article !

Améliorer l’isolation, une astuce à ne pas négliger !

L’isolation est sans nul doute le point de départ des maisons écologiques. Elle s’avère être le poste de dépense à réviser pour rendre une maison moins gourmande en énergie et donc respectueuse de l’environnement. Il est donc essentiel de supprimer les déperditions thermiques existantes. En ce sens, vous gagnerez en confort en polluant moins.

Pour ce faire, vous devez miser sur des matériaux naturels tels que la laine de mouton, le chanvre ou encore la ouate de cellulose. Ces éléments sont sains et n’impactent pas sur la santé humaine. Selon la loi de programmation du Grenelle de 2009, l’objectif de réduction des consommations d’énergie du parc des bâtiments devra atteindre les 38 % d’ici 2020.

Le béton bas carbone, un atout écologique !

Le béton bas carbone est conçu avec du ciment écologique à base de silico-aluminates. Sa particularité est sa grande résistance. Respectueuse de l’environnement, sa fabrication ne requiert pas de chauffage. Son usage implique une baisse évidente des émissions de CO2. Autre atout considérable à l’heure du réchauffement climatique, ce matériau permet de réduire l’accumulation de chaleur via son coloris plus clair que celui du béton classique.

Découvrez cette technologie en détail sur https://www.ciments-hoffmann.fr/dossier-ciment-decarbone/

Il est donc important d’opter pour le ciment bas carbone afin de bénéficier d’une maison écologique et qui dispose de propriété anti-canicule. C’est une alternative de taille qui permet de faire des économies, de protéger la planète tout en apportant une plus-value importante à son logement lors d’une ultérieure revente.

Optimiser le système de chauffage via l’utilisation d’un poêle

Il est intéressant de renouveler l’équipement de son logement si celui-ci n’est plus de qualité. Les vieux radiateurs et les chaudières devront, par exemple, être remplacés par des poêles à bois performants. De plus, qui dit poële à bois dit énergies renouvelables. Vous bénéficiez donc d’une énergie optimale naturelle et limitez votre consommation d’énergie fossile, donc vos empreintes polluantes.

De plus, lespoëles comme les foyers fermés à granulés ou à bûches sont désormais étiquetés. Ces derniers affichent la classe énergétique de l’appareil (de G à A++), leur puissance et la puissance thermique fournie à l’eau pour les poêles qui sont raccordés à un réseau de chauffage par radiateurs.

Pour les plus exigeants, ils peuvent se tourner vers le poêle à gaz qui est rapide, pratique, propre et urbain… Ce modèle séduit de plus en plus de ménages français, car il affiche des rendements qui sont supérieurs à 80 %.

La domotique, une alternative idéale pour baisser les factures

La domotique fait de plus en plus partie de notre quotidien. Elle réduit la consommation de chauffage (programmateur de chauffage) et d’électricité (éclairage intelligent). Elle est gage d’un meilleur confort (automatisation de portail) et de sécurité (alarme). Son but est de limiter vos factures jusqu’à 10 %. Il existe plusieurs systèmes de domotique qui pourront être installés chez vous : appareil de régulation, éclairage automatique ou encore programmation de chauffage qui peuvent se contrôler via un mobile ou une tablette.

Vous avez aim cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *