En quoi consiste la mesure de la métallisation ?

Un avion est la cible préférée d’une foudre. En effet, selon les statistiques, un avion de transport est une fois foudroyé en plein vol au minimum, durant les voyages qu’il réalise durant l’année. Mais pas de panique, l’enveloppe métallique des avions les protège efficacement des effets dévastateurs d’une foudre, du moment que la continuité électrique au niveau de cette structure est assurée. D’ailleurs, pour toujours garantir la conductivité sur cette surface, la métallisation des composites est plus que nécessaire, une métallisation qui doit être mesurée et contrôlée dans les normes.

La métallisation

La métallisation désigne le revêtement métallique d’une surface. En principe, métalliser, c’est appliquer par projection thermique de l’acier, du zinc ou de l’aluminium sur une surface pour le protéger ou le rendre conductible. Le métal fondu est projeté via un pistolet sur la surface de l’élément à traiter ; le métal refroidit instantanément et devient une barrière protectrice et conductrice sur la couche extérieure de cet élément.
La métallisation est utilisée pour protéger un élément contre l’oxydation et pour rendre le plus résistant. Cette technique est la solution parfaite pour les dispositifs qui subissent constamment des pressions extrêmes.

Qui a besoin de mesurer la métallisation ?

Si les constructeurs et les contrôleurs de la sécurité aéronautiques sont les plus intéressés par la mesure de la métallisation, les fabricants d’appareils électroniques, de moteurs, de câble, de fusibles, de bateau, de véhicule… bref tous les fabricants de composants à inductance ont aussi besoin de vérifier la métallisation de leur produit.
En effet, ces professionnels ont besoin d’avoir des valeurs spécifiques pour garantir le contact, le relais, la dureté ou la connectivité des outils qu’ils fabriquent. Ainsi, ils ont besoin de mesurer de manière très précise la métallisation de leurs produits.

Comment mesurer correctement la métallisation ?

Pour mesurer la métallisation, on doit utiliser un milliohmmètre, le traditionnel appareil qui mesure les faibles valeurs de résistance. En effet, lorsqu’il s’agit de valeur inférieure à 100 ohms, cet appareil est l’idéal.
Cet outil utilise la méthode des 4 Fils ou la méthode Kelvin pour mesurer la métallisation d’une surface. C’est-à-dire que pour l’utiliser, il suffit d’aligner les pointes du dispositif sur la couche à caractériser, en suivant un schéma préétabli.
Attention, les erreurs de mesures surviennent à cause d’une mauvaise connexion des pointes. En théorie, il faut que ces points de contact soient propres, solide et sans oxydation.

Vous avez aim cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *